Chemins de recherches

[:fr]

Axes de recherche

# 1 Documenter le running

Avoir une meilleure compréhension de l’offre existante — réalisation de cartographies à l’échelle internationale ;

#2 Explorations géographiques

À travers le running, l’objectif est d’explorer le big data comme matériau de recherche géographique. Il s’agit de découvrir cet espace public numérique ;

#3 Explorations techniques

Le RunningDataLab (RDL) est un lieu de tests et d’explorations techniques pour gérer et valoriser toutes ces données émergentes du web. Le RDL s’inscrit la lignée des humanités numériques ;

# 4 Open sciences

L’objectif du RDL est de mettre les données produites à dispositions pour que chercheurs et société civile puissent s’en emparer et contribuer au programme. La diffusion des données et de leur résultat passe par une mise en valeur esthétique et sémantique (datamining, datavisualisation).

.

Penser un objet de pop culture
— Géographies et horizons de la course à pied.

La révolution culturelle des années 1960-70 a bouleversé le rapport à la course. Il s’agissait jusque-là d’activités pratiquées par les athlètes dans le cadre de clubs et d’université. Pour certains, courir en public était considéré comme une perte d’énergie. Dans le même temps, une révolution des loisirs opérait — recreational revolution (Scheerder, Breedveld et Borgers, 2015), popularisant de fait la pratique sportive (Stokvis, 2005). Si le secteur du running a réellement connu un premier boom populaire dans les années 80, son développement est depuis les années 2000 fulgurant en Europe et en Amérique du Nord. Depuis 2008, l’Asie voit également les activités de course se développer très rapidement si l’on s’en tient à l’augmentation du nombre de “finisher “ de marathon (Melorose, Perroy et Careas, 2015b, p. 12). Le running est devenu une activité récréative à part entière, activité de masse d’après certains auteurs (Stokvis, 2005) — objet de pop culture à définir donc. L’une des devises de l’enseigne Nike résume cette démocratisation du running : « If You Have a Body, You’re an Athlete » ! Le running devient même figure de style, et figure type de la culture fitness made in USA représentant le succès en terme physique (Scheerder et al., 2015).

D’après le magazine Jogging International, 5500 courses ont lieu chaque année en France, soit une moyenne de 100 courses par semaine ! Qu’il s’agisse de courses urbaines, ludiques, fun, nature, hors route, de marathon, d’Ultra Trails, de swimrun ou encore de community run, pour n’en citer que quelques-uns, les participant(e)s sont de plus en plus nombreux sur les lignes de départ.

Plus de 13 millions de Français courent ! soit 1 français de plus de 18 ans sur 4 d’après la dernière étude intitulée « carte d’identité des pratiquantes (e) s » (janvier 2017) réalisée par la commission running-trail de l’Union Sport & Cycle. Cette récente étude indique par ailleurs que sur les 12 derniers mois, ils sont précisément 3,9 millions à se déclarer “coureurs occasionnels “ (>51 séances), 5 millions comme “coureurs réguliers “ (>155 séances) et 2,4 millions en coureurs “acharnés “ (<156 séances). En parallèle, l’étude confirme la féminisation de la pratique. En effet, 49% des coureurs sont des coureuses — 6,8 millions de pratiquantes au 1er janvier 2017. Les seniors représentent également une part croissante des pratiquants. À l’heure des Marches des femmes organisées partout dans le monde, CHALLENGE offre l’occasion d’aborder la question de genre à travers ce que Pierre Morath, réalisateur du documentaire « Free To Run », souligne comme un processus d’émancipation des femmes par la course à pied. Signe d’appropriation de la pratique par les femmes, il existe aujourd’hui des courses 100% féminines (cf.la Parisienne depuis 1997 et ses 39 000 participantes). La question de la pratique des plus de 60 ans sera également documentée. Souvent associé aux discours sur le « bien vieillir », la pratique d’une activité́ (Age on the move) est encouragée dans le but de maintenir un « vieillissement actif », « réussi » et en « santé ». « Pour rester jeune, courez ! » — injonction sociale ou politique de santé publique ? Les études sont effectivement nombreuses à souligner les bienfaits de pratiques sportives, telles que la course à pied, sur le bien-être et la santé des seniors.

Bref, le sujet est immense et les façons de le saisir multiples.
Pour ligne de départ, le constat d’une multiplication croissante des événements de course à pied donc. Le programme Running DataLab est né de l’envie de documenter l’actuel engouement pour ces événements sportifs en lien avec la course à pied.

Auteur.e.s : M. Plard & V. Guichet, 2018

[:]

Atlas International des évènements running 2017

[:fr]

Densités / Intensités internationales

Des précautions doivent être prises concernant le jeu de données créé à l’échelle internationale (cf. Précautions sur les données « atlas running 2017′). Cependant, des intensités se dessinent entre les latitudes 55 ° et 30 °.

event_densite-01

methodologie_maillage-01

Zoom sur les sous-régions

L’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest sont les deux sous-régions ayant le plus de nombres d’événements. L’Europe du Nord et du Sud ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande concentrent aussi un nombre important d’événements.

repartition_event_subreg_2017-01

En Europe de l’Ouest, les événements de courses à pied sont concentrés en France.

Northern America_repartition_event

Northern Europe_repartition_event

Western Europe_repartition_event

Southern Europe_repartition_event

Western Europe_repartition_event

 

 

[:en]

Quelles sont les courses à pied existantes ?

Une course à pied est définie par un certain nombre de critères. Certains critères peuvent être officiels et définis dans le cahier des charges des compétitions labellisées. Ces derniers sont alors arrêtés par les organismes compétents (Fédération Française d’Athlétisme — FFA, Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme — IAAF, etc.). D’autres critères sont non-officiels puisque les courses en découlant ne sont pas labellisées et donc assujetties à un cahier des charges. C’est le cas par exemple des « color run » où tous des pigments de couleurs sont lancés tous les kilomètres ou encore les « mud run » qui se déroulent dans la boue et dont le parcours est ponctué par une succession d’obstacles.

critere_CAP

Densités et intensités internationales

Des précautions doivent être prises concernant le jeu de données créé à l’échelle internationale (cf. Précautions sur les données « atlas running 2017′). Cependant, des intensités se dessinent entre les latitudes 55 ° et 30 °.

event_densite-01

methodologie_maillage-01

Zoom sur les sous-régions

L’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest sont les deux sous-régions ayant le plus de nombres d’événements. L’Europe du Nord et du Sud ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande concentrent aussi un nombre important d’événements.

repartition_event_subreg_2017-01

En Europe de l’Ouest, les événements de courses à pied sont concentrés en France.

Northern America_repartition_event

Northern Europe_repartition_event

Western Europe_repartition_event

Southern Europe_repartition_event

Western Europe_repartition_event

 

Auteur.e.s : M. Plard & V. Guichet, 2018

[:]

Précaution sur les données ‘Atlas International des évènements running 2017

Précédemment, il a été spécifié complexité de la manipulation des données du web (3 V). Ainsi, le jeu de données créé a des limites.
Toutes les informations ne sont pas données pour l’entièreté des événements ou des courses. Afin que l’utilisation des données soit précise, il est conseillé de mentionner pour chaque carte produite la part du jeu de données mobilisée pour avertir le lecteur.

Malgré un contrôle des doublons, la variété des langues, des orthographes ou encore de règle de nommages ne permettent pas de réaliser une vérification exhaustive. Ainsi, il existe encore des doublons. Pour pallier ce biais, une marge d’erreur a été calculée.

Pour des raisons de temps, il est impossible de vérifier la pertinence sémantique des données. Cependant, les sites sources sont des sites fiables (institutionnels ou semi-institutionnels). Les données qui y sont déposées sont vérifiées et validées par des administrateurs. Ainsi peut être imaginé que la marge d’erreur est faible.

Il est difficile de connaître le nombre de courses à pied organisées qui se déroulent autour du monde. Il est alors impossible de connaître le pourcentage d’exhaustivité de cette base de données constituée. Selon une étude de 2014 publiée par Kantar Media et Uniteam Sport, en 2013 ont été organisés 5 971 événements de courses à pied en France. Le journal le parisien estime entre « 5 000 à 6 000 épreuves annuelles françaises ». Dans la base de données créée par le DataLab, la France comptabilise en 2017 6 314 événements de courses à pied.

La base de données spatiale du DataLab regroupe 34 984 événements de courses à pied.
Ces événements s’étalent de 2008 à 2030. Le site Marathon Ahotu représente les trois quarts des événements extraits. Athlé englobe environ 15 %, Active 9 % JustRunLah 1 %, IAAF 0,3 % et JoggingPlus 0,3 %.

Ces pourcentages s’expliquent de différentes manières. Si marathon Ahotu représente 75 % c’est non seulement parce que le site dispose d’une offre importante, mais aussi parce que toutes les données (de 2006 à 2019) ont été extraites. Les sites ATHLE et IAAF n’englobent que les courses officielles (classantes et qualifiantes), ainsi les événements non officiels ne sont pas comptabilisés. De plus, pour ATHLE et JoggingPlus n’ont été extraits que les événements de 2017 et pour JustRunLah, ceux de 2018. Pour JoggingPlus, seuls les événements des Pays de la Loire ont été extraits. Aussi, le site JustRunLah ne publie que les courses d’Asie et d’Australie.

 

Auteur.e.s : M. Plard & V. Guichet, 2018

EQ3_Simplicité Volontaire et course à pied

Simplicité Volontaire

Ce questionnaire interroge les relations entre les comportements de simplicité volontaire et les différentes pratiques de courses à pied sur route et sur sentier.

L’hypothèse repose sur l’idée selon laquelle, la pratique régulière de la course à pied traduit un mode de vie particulier.

Leonard-Barton propose une définition de cette philosophie dite de “simplicité volontaire”. Il s’agit d’après cet auteur d’un « degré auquel un individu choisit volontairement un style de vie ayant pour but de maximiser le contrôle direct sur ses activités quotidiennes et de minimiser sa consommation ainsi que sa dépendance » (1981, p. 244, traduction libre de Cordeau et Dubé, 2008).

Etzioni précise en 1998 que cet idéal de simplicité se traduit par un mode de vie libre. Liberté de choisir précisément les relations à la consommation en limitant “ses dépenses sur les biens de consommation ainsi que les services, et de cultiver des sources non matérielles de satisfaction et de sens à la vie » (Etzioni, 1998, p. 620).

“Aidez-nous et dites-nous tout en complétant le questionnaire ici”

Quelques références pour en savoir davantage :

l’article de Cordeau Dany et Dubé Micheline, intitulé « L’échelle de simplicité volontaire : une validation en français », publié en 2008 dans le n°79 des Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale — accès à la référence

— Leonard-Barton D. (1981): Vountary simplicity lifestyles and energy conservation. Journal of Consumer research, 8, pp. 243-252.

— Etzioni A. (1998): Voluntary simplicity: Characterization, select psychological implications, and social consequences. Journal of Economic Psychology, 19, pp. 619-643.

— Blais, M. R., Vallerand, R. J., Pelletier, L. G., & Brière, N. M. (1989). L’échelle de satisfaction de vie: Validation canadienne-française du “Satisfaction with Life Scale.” [The satisfaction scale: Canadian-French validation of the Satisfaction with Life Scale]. Canadian Journal of Behavioural Science / Revue canadienne des sciences du comportement, 21(2), 210-223.

RunPDL

[:fr]Le projet RunPDL étudie les différents événements de courses à pied se déroulant dans la région des Pays de la Loire. Le premier objectif consiste à recueillir les données des événements dans un système d’information géographique afin de spatialiser les informations.

Petit atlas des évènements running 2017 en Pays de la Loire

La région Pays de la Loire comptabilise sur l’année 2017 un total de 610 événements de courses à pied. Sur ces 610 événements, le nombre de finishers est renseigné pour 263 et la totalité des coureurs est 159 535.

Quelles sont les courses à pied existantes ?

Une course à pied est définie par un certain nombre de critères. Certains critères peuvent être officiels et définis dans le cahier des charges des compétitions labellisées. Ces derniers sont alors arrêtés par les organismes compétents (Fédération Française d’Athlétisme — FFA, Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme — IAAF, etc.). D’autres critères sont non-officiels puisque les courses en découlant ne sont pas labellisées et donc assujetties à un cahier des charges. C’est le cas par exemple des « color run » où tous des pigments de couleurs sont lancés tous les kilomètres ou encore les « mud run » qui se déroulent dans la boue et dont le parcours est ponctué par une succession d’obstacles.

critere_CAP

 

Cartographies Pays de la Loire

 

Nombre de finishers par évènement de courses à pied — Pays de la Loire 2017

nb_finisher_PDL

Évènements de courses à pied de fond — Pays de la Loire, 2017

Évènements de courses à pied de fond — Pays de la Loire, 2017

Évènements de courses “non renseignées“ — Pays de la Loire, 2017

PDL_CAP_2017_NR

 

Évènements de courses à pied sur route — Pays de la Loire, 2017

PDL_CAP_2017_sur route

Évènements de courses à pied sur sentiers, Pays de la Loire, 2017

PDL_CAP_2017_sur_sentier

Évènements de courses à pied — ULTRAFOND, Pays de la Loire, 2017PDL_CAP_2017_ultrafond

 

Auteur.e.s : M. Plard & V. Guichet, 2018

[pt_view id=”8a824b9brw”][:en]RunPDL project studies different running events taking place in Pays de la Loire region.

 [:]

UTMB — SOMMET MONDIAL DU TRAIL

L’UTMB a été créé en 2003. Au début, l’événement ne comptait qu’une course. En quinze ans, l’UTMB s’est développé en diversifiant son offre de course. En 2017 4 courses principales et 5 pour l’édition 2018.

Le nombre de participants a ainsi connu une croissance importante — le nombre de finishers (coureur-se finissant la course) est passé de 67 à 1 688.

L’événement rassemble par ailleurs plus de 250 000 abonnés sur les différents réseaux sociaux.

www.utmbmontblanc.com

Aperçu de l’édition 2018 sur le réseau social instagram officiel UTMB

Auteur.e.s : M. Plard & V. Guichet, 2018

[pt_view id=”ccdc3e9ube”]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search